• Accueil

    Bonjour mes ami(e)s,

     

    Depuis sept ans vous avez pu lire plus de 1000 articles que j’ai publiés sur mon blog http://terrelointaine.over-blog.fr.

     

    Malheureusement, le portail Over-Blog s’est beaucoup dégradé en qualité : invasion de publicités intempestives, impossibilité d’effectuer correctement une mise en page (taille et police de caractères, positionnement de l’article sur sa page, etc…).

     

    Je me suis senti obligé de publier la suite de mes articles ici, tout en conservant mes publications antérieures sur Over-Blog.

     

    Malgré les difficultés que je vais rencontrer avec ce transfert, j’espère que vous continuerez à m’accorder votre amitié et votre fidélité.

     

    Bien cordialement.

    Dông Phong

    19 décembre 2014

     

     

     

  •  

    35

     

    Ho, fais un peu de gymnastique,

    Ne reste pas si léthargique !

    Oui, réveille ton corps, coco,

    Et en même temps ton cerveau !

     

                            15.3.2016

     


    votre commentaire
  • 34

     

    Belle promenade au marché

    En ce dimanche ensoleillé …

    Ce sont des huîtres que tu veux ?

    Oui ? J’en achète pour nous deux !

     

                            Dimanche 13.3.2016

     


    votre commentaire
  •  

    Un air de parapluie

     

                   À M…

     

    Oui, rappelle-toi

    Cet automne-là

    Il pleuvait aussi

    Beaucoup à Paris

    Quand nous marchions

    Sous le parapluie

    « Coin de paradis »

    Passant par Maubert

    Puis à Odéon

    Jusqu’à Fürstenberg

     

    Il pleuvait des cordes

    En Place Concorde

    Pire au Vert Galant

    Où soufflait ce vent

    Mais je n’eus pas froid

    Serré contre toi

    Sous le parapluie

    « Coin de paradis »

    Oui, rappelle-toi

    Cet automne-là

     

    Aujourd’hui il pleut

    J’ai froid et j’ai peur

    De ne plus savoir

    T’emmener le soir

    Longtemps promener

    Marcher et chanter

    Sous le parapluie

    « Coin de paradis »

    Serré contre toi

    Chaud comme autrefois

     

                        5.10.2008

     


    2 commentaires
  • Trăng nằm sóng soải trên cành liễu,

    Đợi gió đông về để lả lơi.

    Hoa lá ngây tình không muốn động,

    Lòng em hồi hộp, chị Hằng ơi !

     

                                              Hàn Mặc Tử, Bẽn lẽn.

     

    Trăng gió tây

     

    Đêm nay mây tản cho trăng ghé,

    Gió tây lạnh quá chẳng lả lơi.

    Hàn Mặc Tử xưa sao hên thế,

    Gió đông trăng liễu khéo đến vời.

     

    Nhìn qua cửa sổ châm điếu thuốc,

    Bâng khuâng ngẫm lại mấy bài thơ

    Thời trẻ lòng mình làu làu thuộc

    Mà giờ mang máng nhớ như mơ.

     

    Trăng ơi, cho trọn tình nghĩa cũ,

    Xin trăng soi sáng đều tây đông,

    Đừng quên mảnh đất em lưu trú,

    Kẻo em mỏi mắt cứ ngóng trông.

     

                                               8.5.2006

     


    Traduction :

     

    La lune s’étale couchée sur le saule

    Et attend le vent d’est pour batifoler.

    Fleurs et feuilles émues ne veulent plus bouger,

    Mon cœur palpite, ô Grande Sœur Lune.

     

                                              Hàn Mặc Tử*, Pudeur.

      

    Traduction : 

     

    Lune par vent d’ouest

     

    Cette nuit, les nuages se dispersent et laissent la lune s’arrêter,

    Mais le vent d’ouest trop froid empêche de batifoler.

    Ô Hàn Mặc Tử, quel veinard avez-vous été,

    Vent d’est, lune et saule vous ont si souvent invité.

     

    L’âme vagabonde, je regarde par la fenêtre

    Et rallume cigarette après cigarette,

    En marmonnant quelques poèmes vaguement rappelés,

    Que jeune mon cœur retenait si bien sans hésiter.

     

    Hé lune, pour notre indéfectible vieille amitié,

    S’il te plaît, éclaire également l’ouest comme l’est,

    Et n’oublie pas la terre où ton petit frère s’est réfugié,

    Car à trop t’attendre ses yeux commencent à s’user.

      

    *  Grand poète lépreux (1912-1940).

     


    votre commentaire
  •  

    Sương đông Quiberon

     

    Chiều nay dừng nghỉ trên khóm đá,

    Sương đông dày đặc chẳng nhìn xa,

    Mờ mờ một bóng đang câu cá,

    Không rõ là người hoặc là ma ?

     

    01. 2006

     Traduction :

     

    Brouillard d’hiver à Quiberon

     

    Je me suis arrêté ce soir sur les rochers,

    L’épais brouillard d’hiver empêche de voir loin,

    Ombre floue d’un pêcheur qui vaque dans son coin,

    Un homme vivant ou l’âme d’un trépassé ?

     

     

     


    votre commentaire
  •  

    33

     

    C’est samedi soir, j’ai Zorro,

    Et toi, ton ami Columbo !

    Oui chérie, il faut rigoler,

    Quand la télé nous le permet !

     

                            Samedi 12.3.2016

     


    votre commentaire
  •  

     

    15. B61-B70

    B61

    Bụng đói cật rét.

    Faim au ventre, froid au rein.

     

    Équivalents français : crever de faim ; tomber dans la mouise.

     

    B62

    Bụng đói đầu gối phải bò.

    Quand le ventre a faim, les genoux doivent ramper.

     

    Équivalent français : la faim fait sortir le loup du bois.

     

    B63

    Buộc cổ mèo treo cổ chó.

    Attacher le cou du chat et suspendre le cou du chien.

     

    Équivalent français : passer du coq à l’âne.

     

    B64

    Buôn mây bán gió.

    Faire le commerce des nuages et vendre du vent.

     

    C’est vraiment du vent !

     

    B65

    Buôn phấn bán son.

    Faire le commerce du fard et vendre du vermillon.

     

    Équivalent français : vivre de ses charmes (prostitution).

     

    B66

    Buôn tàu buôn bè

    Không ăn bằng dè hà tiện.

    Faire du commerce sur les bateaux et les radeaux

    Ne rapporte pas autant que de faire des économies.

     

    On ne gagne pas toujours en faisant du commerce.

     

    B67

    Buồn ngủ lại gập chiếu manh.

    Avoir sommeil et ne rencontrer qu’une natte trouée.

     

    Équivalent français : on ne trouve pas toujours chaussure à son pied.

     

    B68

    Buồn tênh như đĩ về già.

    Tristounette comme une pute vieillissante.

     

    Oh, les Vietnamiens ont de ces expressions !

     

    B69

    Bụt nhà không thiêng.

    Le bouddha de la maison ne répond pas efficacement aux vœux.

     

    Équivalent français : nul n’est prophète dans son pays !

     

    B70

    Bực mình chẳng muốn nói ra,

    Muốn đi ăn cỗ chẳng ma nào mời.

    Offusqué mais je ne veux pas m’exprimer,

    Je voulais aller au banquet mais personne ne m’a invité.

     

    Il y a de quoi d’être dépité quand on est négligé de cette façon.

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique