• Le madrigalant 2

     

    Le madrigalant 2

    (Jeu poétique de Temps-Pestif*)

     

    Tu avais des yeux rieurs

    Et une frimousse sublime.

    Des galants convoitaient ton cœur,

    Mais aucun fut ton choix ultime.

     

                                7.2.2017

     

    *Voir le règlement sur http://temps-pestif.over-blog.org/2017/02/le-madrigalant.html 

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Jacques Premel-Cabic
    Vendredi 28 Avril à 10:33

    Très joli  quatrain qui démontre que capter l'attention d'une jolie demoiselle.......n'est pas de tout repos pour un jeune homme un peu " fleur bleue " dans " Les jeux de l'amour et du hasard", oui quelque peu naïf dans le marivaudage.

    Il évoque en moi, tous "les râteaux" que je me suis pris, en faisant des tours et des tours sans succès, autour des pistes de danse de mon beau Finistère.........., en souhaitant inviter pour un slow, une jolie fille.............. souvent insensible à mon charme naturel (sic ) !

    ..............c'était il y a bien longtemps, et finalement ce n'est pas un si mauvais souvenir que cela !

    Merci cher Dông Phong, de me rappeler le temps charmant des vertes années.

    En toute amitié,

    Jakez

      • Vendredi 28 Avril à 15:19

        Merci, cher Jakez, de ton commentaire.

        Mon quatrain est un hommage à mon épouse qui, il y a plus de 50 ans, m'a préféré, moi qui n'étais qu'un pauvre étudiant étranger, à tant d'autres prétendants français.

        Bon weekend,

        Bien amicalement.

        Dông Phong

         

    2
    Jacques Premel-Cabic
    Vendredi 28 Avril à 16:44

    Ce quatrain évoque un fait qui t'est très cher et personnel, et ton commentaire complémentaire ci-dessus vient préciser qu'il y a au moins un galant qui a su se faire désirer par ta Dame....... Toi l'ami Dông Phong, pour qui elle a éprouvé un véritable coup de coeur, pour ne pas dire  coup de foudre, mais tout naturellement pour L' HOMME, sans les contingences liées à son origine et à son milieu social , et la suite a démontré qu'elle ne s'était pas trompée.

    Ceci-dit, un lecteur, en l'occurrence, ton présent interlocuteur, a toujours tendance à se faire une impression liée à sa propre existence, dans l'interprétation d'un texte. C'est pour cela que je me suis permis une petite indiscrétion, un petit clin d'oeil me concernant...........qui date également d'il y a cinquante ans, et à cet égard  il y a comme l'on dit : prescription.

    Avec ma plus affective pensée vers toi et ta Dame de Coeur,

    Jakez

      • Vendredi 28 Avril à 18:47

        Cher Jakez, tu comprends que je ne pouvais pas expliquer ce quatrain, à coeur ouvert, sur Temps-Pestif.

        Même dans ses jeux poétiques, j'écris toujours avec mes tripes !

        Bien amicalement.

        Dông Phong

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :